loading

Accesskey Navigation

Content

Le charme retrouvé de la maison en rangée

Prix des monuments historiques 2012

Le Service cantonal des monuments historiques a décerné son prix 2012 à une maison en rangée située à Wabern, dans la banlieue bernoise, pour le réaménagement intérieur soigneux dont elle a fait l’objet. Il récompense ainsi l’application avec laquelle la maîtresse d’ouvrage a rendu ses qualités architecturales d’origine à cette demeure des années 1920.

  • Côté rue (Photo : Elisabeth Schneeberger, Service des monuments historiques).
  • Rez-de-chaussée, salle à manger et partie Salon (Photo : Alexander Gempeler, Berne).
  • Salle de bain (Photo : Alexander Gempeler, Berne).
  • Hall avec le vestibule en arrière plan (Photo : Alexander Gempeler, Berne).

Le maître de l’ouvrage, en collaboration avec l’architecte, a redonné ses qualités architecturales d’origine à cette maison en rangée des années 1920 et partiellement rétabli la disposition intérieure. Les interventions, dictées par les besoins actuels, témoignent cependant du respect porté à la maison. Les éléments nouveaux s’insèrent de manière à la fois affirmée et harmonieuse dans la substance ancienne. Le soin mis à la planification et à l’exécution a permis de recréer l’unité de l’extérieur et de l’intérieur.

Une maison en rangée qui a retrouvé sa qualité d’intérieur.

En réaménageant l’intérieur de sa maison en rangée du Sprengerweg, à Wabern, Ursula Neher Dürig, lauréate du prix des monuments historiques 2012, a réalisé un vieux rêve : rendre à sa maison ses qualités architecturales d’origine, dans le parfait respect de l’esprit de la protection du patrimoine. Après un réaménagement raté dans les années 1960, les travaux réalisés en 2010 ont remis à nu des surfaces et détails, d’une beauté insoupçonnée, qui avaient été recouverts de moquettes ou de lambris. Le rez-de-chaussée a retrouvé ses volumes originels. La cloison entre le salon et la salle à manger redonne aux deux pièces leur espace propre. Les nouvelles fenêtres à croisillons confèrent du charme à l’intérieur, tout en structurant la façade. Le hall d’entrée et le vestibule, qui était plutôt sombre avant les travaux, ont eux aussi recouvré leur allure d’origine, grâce à la réouverture de l’œil-de-bœuf qui laisse à nouveau filtrer la lumière.
A l’étage, l’ancien salon accueille désormais une chambre à coucher et un dressing. La cloison qui a été ajoutée peut être démontée sans endommager la frise en stuc, ni le parquet. Pour éclairer la pièce, on a rouvert une fenêtre qui avait été murée. La salle de bain a elle aussi été réorganisée. Ce qui n’était qu’un minuscule cabinet de toilette a fait place à une salle d’eau lumineuse, équipée d’une baignoire îlot.
La maîtresse d’ouvrage et l’architecte ont planifié le réaménagement intérieur de cette maison en rangée avec soin et discernement. Tout a été fait dans le souci des exigences du confort moderne, tout en restituant à la maison son charme originel.
Depuis sa transformation, la maison est réintégrée intérieurement et extérieurement dans sa rangée.